5. Tradition

Dernier ajout : 16 novembre 2012.

Ce n’est pas sans risques que l’on rencontre l’œuvre de René Guénon. C’est à la fois un don incomparable et une épreuve périlleuse. Cette œuvre jette une telle clarté sur l’état du monde actuel qu’un lecteur impressionnable peut être tenté par une forme de désespoir ou, au contraire, se gonfler d’orgueil d’être parmi ceux « qui savent » et en venir à mépriser tous ses contemporains. Mais par ailleurs, la lecture de Guénon a conduit ou ramené à la foi plus d’un de ses lecteurs et, pour ma part, je la considère comme une œuvre providentielle et comme un « signe des temps », à un titre plus élevé encore que l’œuvre de Dante qui est venue clore le Moyen Age occidental. C’est d’une façon fulgurante que j’ai pris connaissance de René Guénon, dont j’ignorais jusqu’à l’existence : une émission de radio à France-Culture, au printemps 1984, l’achat immédiat, sur le conseil d’un ami hélas disparu, de son livre Les Principes fondamentaux de la Science sacrée, puis la lecture quasi intégrale de l’œuvre dans l’été qui suivit, dans cette sorte d’ermitage bienvenu que fut un gîte rural dans le Morvan. Après Guénon sont venus les « guénoniens » qui ont parfois éclairé le sens de l’œuvre du métaphysicien, tantôt l’ont obscurcie par les inévitables querelles qui naissent toujours parmi les épigones. Je me suis sagement tenu jusqu’ici à l’écart de toute chapelle, me rappelant cette maxime : « le sage regarde l’étoile, le sot regarde le doigt qui montre l’étoile ». Et c’est bien ainsi que j’ai compris la fonction de Guénon : comme celui qui montre le Pôle, mais qu’il ne faut pas confondre avec le Pôle. Et je me suis toujours rappelé que Guénon lui-même se refusait catégoriquement à apparaître comme un « maître » aux yeux de quiconque et à avoir des « disciples ». Il n’empêche que son enseignement est d’une richesse sans comparaison possible avec aucun autre dans notre temps, et j’ai toujours été attristé par la remarque de Gide qui reconnaissait la vérité de sa doctrine et se déclarait en même temps impuissant à renoncer à ses propres conceptions. On retrouve là tout le pathétique de la parabole du jeune homme juste et de bonne volonté, mais qui n’a pas le courage de renoncer à ses richesses pour suivre le Christ. Un ouvrage récemment paru de Xavier Accart, préfacé par Antoine Compagnon, fait d’ailleurs prendre conscience à la fois de l’étendue de l’influence de Guénon parmi les intellectuels français du XXe siècle et des limites de leur engagement sur la voie d’une restauration de la Tradition.

Parmi les épigones de René Guénon, c’est tout naturellement vers le courant que l’on qualifiera, faute de mieux, de « l’ésotérisme chrétien » que se sont portées mon attention et ma sympathie. C’est lors du Colloque organisé par Louis Pauwels en 1986 à l’occasion du centenaire de la naissance de René Guénon que j’ai fait connaissance avec Jean Phaure, devenu par la suite un ami cher et respecté ; j’ai pu l’apprécier lors de stages d’astrologie à Laval, que j’organisais en commun avec Philippe Lavenu, ainsi que dans son cercle du « Pèlerin de Paris ». Mon intérêt se portait en particulier sur les études relatives à la cyclologie traditionnelle à laquelle m’avait introduit la lecture de Guénon et celle du livre de Jean Phaure intitulé Le Cycle de l’humanité adamique. Trois noms devaient au premier chef marquer mes recherches dans ce domaine : celui de Gaston Georgel, émule direct de Guénon, inspiré par son article en hommage à Ananda K. Coomaraswamy dans lequel il introduisait à la doctrine cyclique traditionnelle ; celui de Vlaicu Ionescu, que je considère comme l’un des seuls exégètes sérieux de l’œuvre de Nostradamus, que le savant roumain rattache à la tradition prophétique et à l’Apocalypse de saint Jean ; celui de Raoul Auclair dont l’exégèse prend appui essentiellement sur les textes prophétiques de l’Ecriture Sainte, aussi bien dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament. Dans le séminaire d’astrologie mondiale que je donne, depuis janvier 2007, à Paris, je commence à saisir la possibilité d’effectuer une jonction entre astrologie mondiale et cyclologie traditionnelle, et c’est dans ce sens, me semble-t-il, que devraient évoluer mes travaux dans ce domaine durant les prochaines années : s’il plaît à Dieu…

Paris, le 16 mars 2008

Derniers articles

Jean Phaure et la cyclologie traditionnelle

Paris - Conférence à Atlantis - 17 novembre 2012

Vendredi 16 novembre 2012, par Charles RIDOUX // 5. Tradition

Texte Schémas En quel temps vivons-nous ? C’est bien là une question de poète, d’astrologue, de métaphysicien. C’est aussi une question banale que se pose l’homme de la rue, le simple quidam, cet homoncule - « l’homme sans qualité » de Musil ou de Céline - auquel la modernité a réduit un si grand nombre de nos contemporains. A cette question, l’homme ordinaire répond la plupart du temps par une forme de divertissement pascalien, par l’oubli des choses essentielles et des fins dernières, (...) Lire la suite »

Cyclologie traditionnelle et fin du Kali Yuga

Mercredi 18 novembre 2009, par Charles RIDOUX // 5. Tradition

Introduction René Guénon Nous avons commencé à introduire, dans la partie « Approfondissement » de notre séminaire parisien, la prise en compte des trans-neptuniennes (TNP) de l’École de Hambourg, qui viennent interférer avec le carré UR-PL ainsi qu’avec le septile NE-PL en orbe entre 2001 et 2011. Nous allons franchir un grand pas aujourd’hui en introduisant, pour la première fois dans notre pratique d’astrologue, les enseignements tirés de la cyclologie traditionnelle, prenant appui sur l’œuvre de (...) Lire la suite »

Tradition - Bibliographie

Mercredi 18 novembre 2009, par Charles RIDOUX // 5. Tradition

Articles 1999 « Quelques aspects de la Tradition ». Site : http://ridoux.fr 2003 « Hommage à Jean Phaure. Trois témoins de la Tradition : Jean Phaure, Raoul Auclair, Vlaicu Ionescu ». Site : http://ridoux.fr 2008 « Cyclologie traditionnelle et fin du Kali Yuga ». - Site : http://ridoux.fr Conférences 1993 7 juillet - « Cyclologie : 1989-2031 ». Conférence à Paris, chez Jean Phaure. 1996 12 juin - « Soleil – Terre – Lune ». Conférence à Paris, chez Jean Phaure. 1999 18 mai - « Quelques (...) Lire la suite »

Quelques aspects de la Tradition dans les conditions de vie du monde moderne

Conférence à Compiègne le 18 mai 1999

Mercredi 18 novembre 2009, par Charles RIDOUX // 5. Tradition

La conscience de la Tradition dans le monde moderne - Sensibilité traditionnelle et intelligence de la Tradition Nous allons parler ce soir de la Tradition, de la conscience de la Tradition dans les conditions faites par le monde moderne. Malgré toutes les entraves portées à la conscience de la Tradition, celle-ci subsiste à l’état résiduel sous deux formes : une sensibilité traditionnelle manifestée spontanément par certains êtres, et une intelligence de la Tradition à laquelle accèdent encore (...) Lire la suite »

Introduction aux pages « Tradition »

Dimanche 15 mars 2009, par Charles RIDOUX // 5. Tradition

Conocer la obra de René Guénon implica ciertos riesgos. Es un don incomparable y una prueba peligrosa a su vez. Esta obra proyecta tal claridad sobre el estado del mundo actual que un lector impresionable puede verse tentado por una forma de desesperación o, por el contrario, henchirse de orgullo al contarse entre ’los que saben’, y acabar por despreciar a todos sus contemporáneos. Pero, por otro lado, la lectura de Guénon ha llevado o devuelto a la fe a más de uno de sus lectores y, por mi parte, (...) Lire la suite »

Pèlerinage en Russie

Juin 2004

Mardi 18 mars 2008, par Charles RIDOUX // 5. Tradition

Afin de répondre à une demande du Père Bart, je vais essayer de mettre par écrit quelques éléments du témoignage qu’il m’a été donné de faire lors de la réunion de synthèse qui clôturait, à Saint-Pétersbourg, le pèlerinage en Russie organisé par le Père Philippe de Sainte-Croix, auquel ont participé huit membres de notre paroisse Saint-Martin et Saint-Silouane de Bruxelles. On a souvent tendance à projeter des images ou des idées préconçues sur ce que doit être (selon nos vues humaines) une expérience (...) Lire la suite »

Hommage à Jean Phaure - Trois témoins de la Tradition : Jean Phaure, Raoul Auclair, Vlaicu Ionescu

Conférence à Paris le 23 novembre 2003

Mardi 18 mars 2003, par Charles RIDOUX // 5. Tradition

Trois témoins de la Tradition Voici un an, le 13 octobre 2002, Jean Phaure nous a quittés pour naître au ciel. Le 13 octobre, c’est le jour anniversaire des apparitions de Fatima, qui tiennent une place éminente dans les conceptions eschatologiques développées dans l’œuvre de Raoul Auclair. Et Henri Bodard, dans une brève notice sur Jean Phaure parue dans la revue Atlantis, rapproche ce départ de celui de Vlaicu Ionescu, auquel Jean Phaure venait de rendre un dernier hommage publié dans ce même (...) Lire la suite »

Dans la même rubrique