5.1. Revue de cyclologie traditionnelle

Dernier ajout : 21 juin 2016.

JPEG - 50.8 ko
RCT - Présentation

Au moment même où, le jour de la « lune bleue » du 20 août 2013, nous est venue l’idée de regrouper nos travaux astrologiques dans le cadre de deux revues – la Revue d’astrologie mondiale (RAM) et le Bulletin d’astrologie mondiale (BAM) – complétés par les Etudes astrologiques pour les travaux astrologiques qui ne concernent pas la mondiale, nous avons envisagé la parution, d’une part d’une revue dédiée à nos travaux littéraires, d’autre part d’une autre revue consacrée à la présentation et à la discussion d’œuvres relatives au déroulement et à la fin de grands cycles en cours dont parlent diverses traditions. Nous avons eu la chance, au cours de notre existence, de rencontrer l’œuvre de René Guénon et les écrits de ses divers épigones, et de faire la connaissance personnellement de Jean Phaure – auteur du Cycle de l’Humanité adamique - et de Vlaicu Ionescu, exégète qualifié de l’œuvre prophétique de Nostradamus pour « l’Ere prolétaire » qui est la nôtre, dans la foulée de la Révolution française et de la révolution russe de 1917. Par ailleurs, nous avons étudié de manière approfondie l’œuvre de Raoul Auclair et nous avons abordé plus récemment les écrits d’Ittahor, qui méritent réflexion. Ayant depuis notre jeunesse le « sens de l’eschatologie » - les deux livres qui figurent à l’ouverture et à la clôture de l’Ecriture Sainte, le livre de la Genèse et le livre de l’Apocalypse (ou Révélation) sont ceux que nous avons fréquenté le plus parmi la double bibliothèque que constituent l’Ancien et le Nouveau Testament – il était en quelque sorte naturel pour nous de prêter une attention particulière à des auteurs animés, eux aussi, d’un sens aigu de l’actualité de l’eschatologie ». Pour autant, nous n’avons aucune prétention à jouer le rôle de prophète, ni même d’exégète des textes prophétiques. Notre seule ambition est de réfléchir sur cette question d’une fin cyclique proche, d’y réfléchir de façon critique par la confrontation de plusieurs exégèses de qualité, et de fournir à ceux qui s’intéressent à ces matières des textes et des commentaires souvent peu accessibles. Loin d’avoir à l’esprit de jeter l’épouvante parmi des personnes qui ressentent avec effroi les signes d’une fin apocalyptique, nous voulons tenter de faire partager, au contraire, la joie indicible qui habite le cœur de ceux qui voient au-delà du mur fatal vers lequel notre monde se dirige comme un bolide. Au cœur même du plus sombre de l’Age sombre, brille toujours dans le regard des sages un reflet de la lumière du Jour sans crépuscule. C’est ainsi, que Gandalf, au pire moment de la Guerre de l’Anneau, alors que tout semble perdu, resplendit d’une lumière intérieure :

Gandalf et Pippin arrivèrent à une maison voisine du mur de la citadelle sur le côté nord, non loin de l’épaulement qui reliait la colline à la montagne. Gandalf se tint à côté de lui, un bras passé autour des épaules du Hobbit. Pippin jeta un coup d’œil étonné sur le visage tout proche du sien, car le son de ce rire était gai et joyeux. Il ne vit pourtant tout d’abord sur la figure du magicien que des rides de souci et de chagrin ; mais, en regardant plus attentivement, il perçut que derrière il y avait une grande gaieté : une fontaine d’allégresse suffisante pour mettre tout un royaume en joie, pour peu qu’elle jaillît.

Seigneur des Anneaux, p. 813.

La Revue de cyclologie traditionnelle paraîtra selon un rythme semestriel, au moment des solstices d’hiver et d’été, sous le haut patronage des deux saints Jean : le Précurseur et le disciple bien-aimé.

Renvoi à la page de la RCT - Articles

RCT - Articles

Renvoi vers les autres revues

1.1. Bulletin d’astrologie mondiale

2.1. Revue d’astrologie mondiale

3.1 RAM-Histoire

4.1. Etudes astrologiques

6.1. Les Cahiers de la Lune Bleue