3. Tolkien - Čiurlionis

Dernier ajout : 18 novembre 2011.

« Vous créez un monde où une sorte de foi semble partout présente sans qu’on en voie la source, comme une lumière qui viendrait d’une lampe invisible » : cette remarque d’un lecteur qui témoignait de son admiration à Tolkien correspond parfaitement à l’impression que j’éprouvai à la première lecture du Seigneur des Anneaux. Mon monde intérieur, alors enténébré, en fut éclairé et allégé ; une allégresse accompagnait la découverte de la Compagnie de l’Anneau et j’entrais de plain-pied, comme retrouvant une terre familière, dans la vie paisible – mais cependant fragile et menacée – de la Comté. C’est un lundi de Pentecôte, en 1976, que le hasard d’une conversation me fit découvrir Tolkien ; c’est également un lundi de Pentecôte que, une quinzaine d’années plus tard, un ami allait me faire découvrir le Prélude à l’Apocalypse ou les Derniers Chevaliers du Graal de Louis Lambert (pseudonyme du P. Louis Bouyer) : or il se trouve, comme l’a montré Michaël Devaux, que le P. Bouyer, ami personnel de Tolkien, fut le premier à faire connaître en France le Seigneur des Anneaux et à parler de Tolkien. Dès cette rencontre avec l’œuvre de Tolkien, complétée en 1977 par la lecture du Silmarillion, le Seigneur des Anneaux devint le livre dont la lecture me causait le plus de joie. Pour cette raison, d’ailleurs, j’évitais de le relire trop souvent, de crainte que ne s’atténue mon émerveillement ; et surtout je n’envisageais à aucun moment d’écrire la moindre ligne à son sujet. Or les circonstances – la demande d’un éditeur et l’intuition d’un ami – m’ont conduit à entreprendre, de juin 2002 à fin mai 2003, la rédaction d’un ouvrage de synthèse sur toute l’œuvre de Tolkien, dont je découvris alors, grâce à la lecture de The History of the Middle Earth, toute l’étendue et la profondeur insoupçonnée. Cette année de travail acharné fut sans doute la plus belle de ma vie et, par bonheur, la relecture des récits du Légendaire n’a en aucune façon émoussé mon enthousiasme.

Dans mon livre Tolkien,le Chant du Monde, paru aux éditions Les Belles-Lettres en 2004, je consacrais plusieurs pages à la mise en rapport de deux univers visionnaires qui présentent, par-délà les écarts dans le temps et dans l’espace culturel, de singulières affinités : celui du Légendaire de Tolkien, et celui de l’œuvre picturale de M.K. Čiurlionis, peintre et compositeur lituanien, qui vécut de 1875 à 1911, et dont j’avais eu le privilège de découvrir les oeuvres conservées au Musée de Kaunas en 1971, grâce à mon ami Antanas Andrijauskas, qui enseigne à l’Université de Vilnius l’histoire de l’art. Une série d’hommages consacrés à Čiurlionis en 2005 m’ont donné l’occasion d’approfondir le parallèle entre ces deux créateurs et de m’intéresser également à l’œuvre pleine de splendeur d’illustrateurs inspirés par Tolkien (Alan Lee, John Howe, Ted Nasmith). C’est tout un pan de l’imaginaire européen qui est ainsi revivifié et qui apporte aux générations qui grandissent au début du XXIe siècle, la mémoire de passés immémoriaux et un élan et une confiance en soi bien nécessaires pour affronter un avenir difficile.

Paris, le 16 mars 2008

TOLKIEN - ČIURLIONIS

La section « Tolkien » devient désormais la section « Tolkien - Čiurlionis ». En effet, un certain nombre d’articles dédiés au peintre et compositeur lituanien sont venus étoffer cette rubrique. Il eût été possible de créer deux rubriques distinctes, mais les liens entre Tolkien et Čiurlionis sont si nombreux - et certains articles en font part ici-même - que je n’ai pas voulu les séparer.

La citation que j’ai mise en introduction de la page Tolkien - « Vous créez un monde où une sorte de foi semble partout présente sans qu’on en voie la source, comme une lumière qui viendrait d’une lampe invisible » - pourrait parfaitement être reprise au sujet de Čiurlionis, en précisant que cette « foi » dont il est fait mention, désigne chez Tolkien la foi catholique, tandis que, me semble-t-il, dans le cas de Čiurlionis, elle correspond à une élévation spirituelle sans référence à une transcendance précise.

Dans les deux cas - avec Čiurlionis comme avec Tolkien - mon rapport avec ces créateurs visionnaires est né d’une rencontre « fulgurante » - durant l’hiver 1971 à Moscou, puis au printemps à Kaunas pour Čiurlionis ; cinq ans plus tard, à Paris pour Tolkien - rencontre qui fut à l’origine d’une fréquentation continue de ces deux univers de légendes, sans aucune espèce d’ambition académique, mais pour le pur plaisir de visiter des mondes qui me paraissaient si proches de mon propre monde intérieur. Les circonstances ont fait que, à la demande d’un éditeur, j’ai écrit un ouvrage de synthèse sur Tolkien - Le Chant du monde - et que, participant à Vilnius à un Congrès international à l’occasion du Centenaire de la mort de Čiurlionis en septembre 2011, j’ai été amené à écrire aussi un peu sur Čiurlionis, bien que n’étant en aucune manière ni un historien de l’art, ni un critique d’art.

La présence dans cette même rubrique, des deux créateurs amènera peut-être les lecteurs des articles consacrés à Tolkien à lire également ceux qui concernent Čiurlionis, et inversément les amateurs de Čiurlionis auront peut-être la curiosité d’aller voir du côté de Tolkien - pour le plus grand bonheur des uns et des autres.

Amfroipret, le 19 novembre 2011

Derniers articles

Dictionnaire Tolkien

Dimanche 30 décembre 2012, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Il est paru cet automne aux Éditions CNRS, sous la direction de Vincent Ferré, un Dictionnaire Tolkien de 669 pages, comportant quelque 340 notices dues à la plume de 63 auteurs. La quatrième de couverture présente ainsi cet ouvrage : Une oeuvre monde, avec ses langues, sa mythologie, sa géographie, ses villes et ses royaumes peuplés d’Elfes, de Hobbits, de mages et autres créatures imaginaires. Qui, toutes générations confondues, ne connaît pas Bilbo ou Frodo ? Écrivain, poète, critique, (...) Lire la suite »

Les Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien

Colloque de Besançon – Septembre 2008

Dimanche 30 décembre 2012, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Texte Images Ils sont assez peu nombreux, les enfants qui ont la chance d’avoir pour père un écrivain ; mais bien moins nombreux encore ceux dont le père écrivain prend soin, chaque année, au moment où l’on approche de la veillée de Noël, de faire parvenir à ses enfants une Lettre du Père Noël, directement envoyée du Pôle Nord – ce dont témoignent les timbres dûment estampillés sur des enveloppes elles-mêmes ornées d’étoiles. Tel fut le bonheur des quatre enfants qui entrèrent successivement dans la (...) Lire la suite »

Centenaire de la mort de Čiurlionis - IV

Vendredi 18 novembre 2011, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Outre les ouvrages présentés plus hauts, dans le cadre de la page du site consacrée à l’œuvre musicale de Čiurlionis, nous avons l’honneur et la joie de présenter une page spéciale sur les travaux de Vytautas Landsbergis conduits durant toute une vie. Et en tout premier lieu, nous livrons à nos lecteurs un extraordinaire témoignage sur son parcours avec Čiurlionis, et même sur les relations de son grand-père, Gabrielius Landsbergis, avec l’artiste qu’il connaissait personnellement. Il s’agit là d’un (...) Lire la suite »

Centenaire de la mort de Čiurlionis - III

Vendredi 18 novembre 2011, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Cette partie regroupe, d’une part, la recension d’ouvrages consacrés à l’œuvre musicale de Čiurlionis, d’autres part divers textes et contributions qui ont préparé ou accompagné diverses manifestations à l’occasion du Centenaire de la mort de Čiurlionis. Nous commençons par la présentation de deux ouvrages récents qui portent sur divers aspects de la création artistique de Čiurlionis. Deux ouvrages récents Le n° 59 de la revue Acta Academiae Artium Vilnensis, présente en couverture un tableau du peintre (...) Lire la suite »

Centenaire de la mort de Čiurlionis - II

Vendredi 18 novembre 2011, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Paru une dizaine d’années après l’ouvrage Čiurlionis, Painter and Composer, le livre publié en russe en 2003 sous le titre Vremja Priznanija (Le temps de la reconnaissance), constitue lui aussi une synthèse remarquable sur l’appréhension de l’œuvre de Čiurlionis au début du XXIe siècle [1]. Cet ouvrage collectif s’ouvre par un article de Stasys Ubonas - le directeur de la Maison de Čiurlionis à Vilnius - qui traite des trajectoires de la vie de Čiurlionis. Pour Stasys Ubonas, le contenu de ses tableaux (...) Lire la suite »

Centenaire de la mort de Čiurlionis - I

Vendredi 18 novembre 2011, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Ce livre [1] publié en 1977 chez l’éditeur Vaga, à Vilnius, date de l’époque soviétique, dans une période - fin des années soixante et années soixante-dix - où la recherche sur Čiurlionis est en plein essor, en dépit des contraintes imposées par le régime communiste. En témoigne la construction du nouveau musée de Kaunas, en 1967, qui réunit presque tous les tableaux (au nombre de 300 environ), ainsi que les travaux graphiques et les manuscrits des œuvres musicales de l’artiste. Dans le présentation de (...) Lire la suite »

Le Légendaire d’âge en âge

Colloque de Rambures - Juin 2008

Mercredi 13 juillet 2011, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

L’œuvre de J.R.R. Tolkien est exceptionnelle à plus d’un titre dans l’histoire de la littérature occidentale. Sans même avoir besoin d’approfondir la question, elle apparaît exceptionnelle dès l’abord sous trois aspects au moins. D’abord, dans le processus même de constitution du Légendaire, dont les premiers germes remontent à l’époque de la Grande Guerre de 1914, dont le dessin se précise dans le début des années trente, mais qui n’apparaît, par étapes successives qu’avec la publication du Hobbit en 1937, (...) Lire la suite »

Tolkien and Čiurlionis : Visionaries of Ancient Times

Vilnius - September 2005

Mercredi 18 novembre 2009, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Tolkien and Ciurlionis : at first it may seem strange to link those two names. They come from different epochs and cultures and had different disciplines (painting and literature). The link between their works has been made because we have discovered a profound spiritual connection between the two visionaries ; both have been deemed unclassifiable in their respective areas of work and each created an imaginary universe of profound originality and singular beauty. What is certain is that (...) Lire la suite »

Tolkien - Bibliographie

Lundi 16 novembre 2009, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Ouvrages 2004 Tolkien, le Chant du monde, Paris, Encrage – Les Belles-Lettres, 2004 [365 pages]. Articles 2003 « Autour du thème de J.R.R. Tolkien (1) », Cahiers Univers-Site, 54, août 2003, pp. 10-17. Site : http://ridoux.fr « Autour du thème de J.R.R. Tolkien (2) », Cahiers Univers-Site, 57, novembre 2003, pp. 7-11. Site : http://ridoux.fr 2004 « Tolkien et le cycle Neptune-Pluton : A Question of Time », Congrès Germaine Holley, Paris, 2 et 3 octobre 2004. Site : http://ridoux.fr 2005 « (...) Lire la suite »

Dans les jardins de Nisimaldar : La flore dans l’œuvre de J.R.R. Tolkien

Colloque de Rambures - 2004

Lundi 16 novembre 2009, par Charles RIDOUX // 3. Tolkien - Čiurlionis

Paru dans Parcs et Jardins au Moyen Age et à la Renaissance – L’Apocalypse. Actes des Colloques de Rambures (2004 et 2007), dir. Charles Ridoux, Presses Universitaires de Valenciennes, 2008, (Recherches valenciennoises n° 28), pp. 101-113. Le monde de Tolkien – que l’auteur lui-même qualifie de « création secondaire » - est d’abord un monde de beauté et de splendeur. La notion de « création secondaire » implique à la fois dépendance et liberté par rapport à la Création divine, les lois régissant les (...) Lire la suite »

1 | 2 | 3

Dans la même rubrique